icon-account icon-glass

Interview d'accouchement

Interview d'accouchement : Neram Nimindé

@thereal_littlebirdsmama

Qui êtes-vous / que faites-vous dans la vie ?

Je m’appelle Neram. Je suis originaire d’Allemagne mais j’ai vécu dans différents pays d’Europe où je travaillais en tant que Brand PR Manager dans les domaines de la mode et de la maternité. La naissance de mon premier enfant a fait de moi une véritable junkie de l’accouchement et m’a rappelé mon désir premier de devenir sage-femme. Alors, pour entamer un changement dans ma carrière, je suis actuellement une formation pour devenir Doula.

Quel âge avez-vous ?

Je viens d’avoir 34 ans.

Dans quelle ville habitez-vous ?

Bogotá, Colombie.

Donnez-nous une info essentielle à connaître sur vous ?

Je suis multiculturellement in love ! J’aime vivre à l’étranger, découvrir de nouveaux endroits et de nouvelles cultures, et aussi apprendre différentes langues. Après la France, la Belgique, les Pays-Bas et le Panama, nous sommes maintenant en Colombie et je suis impatiente de visiter ce pays avec ma famille !

Combien d’enfants avez-vous et vos accouchements ont-ils été différents ?

J’ai trois enfants et leurs naissances n’ont rien à voir les unes avec les autres. Pour la naissance de notre premier enfant nous avions prévu d’aller dans un centre de naissance mais à cause de certains évènements survenus pendant l’accouchement, j’ai été transférée à l’hôpital où j’ai eu de nombreuses interventions médicales. Ce fut une expérience plutôt traumatisante. Pour la naissance de notre deuxième enfant, il était clair pour moi que je ne voulais pas accoucher dans un hôpital, nous avions alors décidé d’un accouchement à la maison, ce qui est courant aux Pays-Bas où nous vivions à ce moment-là. Cet accouchement avec une sage-femme très respectueuse, qui respectait mon espace et me faisait confiance, mais aussi confiance en mon corps, a été un véritable moment de bonheur. Et maintenant, il y a tout juste deux semaines, j’ai donné naissance à notre troisième enfant. L’accouchement programmé à la maison avec une sage-femme colombienne ne s’est pas déroulé comme prévu. En effet, notre tout-petit a décidé d’arriver tellement vite que j’ai accouché seule à la maison avec mon mari. Ce fut l’expérience la plus intense, nature et stimulante jamais vécue jusqu’alors. Juste génial !

Êtes-vous plutôt une encyclopédie vivante de l’accouchement ou vivez-vous dans l’ignorance la plus totale et misez tout sur votre instinct ?

Je suis une encyclopédie de l’accouchement, c’est sûr ! Le Savoir c’est la force ! Je préfère tout savoir – même si ce n’est pas possible en ce qui concerne l’accouchement. Cela dit, surtout aujourd’hui à l’heure où donner naissance est un processus tellement réglé et médicalisé, je pense que c’est super important de connaître au moins les bases et d’être conscient des options qui se présentent à nous.

Accouchement avec ou sans péridurale ? Pourquoi ?

Définitivement sans ! Rien de mieux que de sentir le reflex naturel d’éjection du fœtus et de laisser le corps faire tout le travail lui-même, sans avoir à pousser le bébé vers la sortie, ha ! Aussi, j’ai eu des effets secondaires suite à la péridurale que j’ai eue pour mon premier. Les quelques jours qui suivirent étaient plutôt désagréables. Je ne souhaite pas revivre cela.

Votre niveau de stress/ peur par rapport à l’accouchement entre 1 et 10 ?

0 parce que les hormones de stress interfèrent avec le processus de naissance et rendent la chose plus compliquée !

Qu’est-ce qu’on ne vous a jamais dit sur l’accouchement, et que vous auriez aimé savoir ?

Avant la naissance de mon premier enfant, j’aurais aimé savoir que l’ocytocine, l’hormone que notre corps produit à la naissance du bébé, est la même hormone que celle produite lorsque nous faisons l’amour. C’est une hormone timide qui est à son maximum lorsque nous sommes détendus, lorsque que nous nous sentons en sécurité et confortable. Sa production peut alors être affectée, positivement ou négativement, par les personnes présentes le jour de l’accouchement. De plus, j’aurais aimé savoir que la façon dont nous imaginons notre accouchement peut faire une différence. Il y a une différence importante entre se sentir prête et en confiance ou bien se dire “on verra si je peux le faire”. Il paraît qu’en termes d’énergie, donner naissance est comme faire un marathon. Vous lanceriez vous dans un marathon en ayant des doutes ? Je ne crois pas !

Qu’est-ce que vous avez trouvé le plus dur ? La grossesse, l’accouchement ?

Je dirais l’accouchement. C’est tellement intense et animal ! Cela demande beaucoup d’énergie et de forces pour ouvrir complètement son corps, pour se convaincre qu’on peut le faire (c’est bien sûr plus facile lorsque vous êtes entourée d’une équipe qui croit en vous, que ne vous fait pas douter et qui ne vous stresse pas. Tout cela est pour la bonne cause. Lorsque vous l’avez fait et que vous sentez votre bébé sur vous, vous savez que vous pouvez tout faire à partir de maintenant. Et cela, en plus de votre bébé qui vient de naître, est un cadeau merveilleux qui n’a pas de prix !

Comment avez-vous préparé votre accouchement ?

Pour mes deux premiers accouchements, je me suis plongée dans l’hypnobirthing et j’ai appris à bien respirer mais aussi des techniques de relaxation grâce à une application d’hypnobirthing. J’ai aussi regardé de vidéos courtes et très bien faites, au sujet de cette méthode, sur YouTube, avec mon mari afin qu’il sache aussi de quoi il s’agissait et comment il pourrait m’aider. Pour mon dernier accouchement, je n’ai pas ressenti le besoin de revoir ces apprentissages, je me suis juste concentrée sur la préparation de la maison (nous venions de déménager dans un autre pays) et mon bien-être afin d’être détendue pour le grand jour.

Quelle était votre stratégie pour le Jour J de l’accouchement ?

On peut appeler cela Hypnobirthing, j’appelle cela l’esprit de dingue, haha ! Lorsque je fais cela, je vis les choses avec positivité, je me dis que je peux le faire et que tout va bien se passer. Pendant les contractions, je plonge dans un état de relaxation qui m’aide à comprendre les sensations que je ressens lorsque mon corps s’ouvre. Il m’est d’une grande importance d’avoir autour de moi des personnes - le moins possible, ce qui veut dire mon mari et la sage-femme (ou pas, ha ! - qui me font confiance et restent positives et détendues aussi.

Une anecdote marrante ou non lors de votre accouchement ?

Lorsque ma fille est née, j’ai réalisé que j’avais accouché sur la chanson de Prince “Sexy Motherfucker”. Jusque-là, j’ignorais totalement quel type de musique était joué en fond sonore – juste pour vous dire à quel point j’étais ailleurs ;)

Et si c’était à refaire ?

J’ai toujours été impatiente de donner naissance. Là, je pense qu’on est bon, mais si je retombais enceinte, je serais super heureuse d’accoucher à nouveau !

Un conseil pour nos lectrices ?

En tant que femmes et êtres qui donnons la vie, nous avons toutes la force de donner naissance à nos bébés. Ce qui peut arriver pendant l’accouchement n’est pas toujours maîtrisé mais je peux simplement conseiller de commencer par se faire confiance et faire confiance à son corps. Ne doutez pas de vous ;)

Découvrez le blog de Neram en cliquant ici.


0 commentaires


Laisser un commentaire

AJOUTER AU PANIER